Le cheval, miroir de nous-même

Il n’est pas toujours simple d’expliquer en quoi consiste le travail relationnel et sensoriel avec le cheval. Je vous en livre ici une très belle description donnée par Claire Bigonville :

            « L’approche relationnelle et sensorielle propose de rencontrer le cheval sous un autre angle, en dehors du cadre de l’équitation classique. Il s’agit d’abord de rentrer en relation avec l’animal, pour pouvoir accéder à toutes les possibilités qu’il peut nous offrir. »

« En utilisant le cheval comme « outil », mais surtout comme partenaire, il peut nous aider à dépasser certaines limites. Dans un espace de rencontre avec lui, on peut apprendre à accepter et à gérer nos émotions, il nous offre la possibilité de porter un autre regard sur ce et ceux qui nous entourent, mais il nous renvoie également une image de nous-même. Il est disponible et ouvert à la relation, il est sans à priori, c’est pourquoi un travail relationnel peut être envisagé plus aisément avec lui.

D’autre part, le côté sensoriel est aussi facilité par le cheval, tout d’abord par sa présence seule et tout ce qu’il dégage, mais aussi grâce à toutes les sensations qu’il peut nous faire découvrir à son contact, aussi bien à ses côtés que sur son dos…

L’approche relationnelle et sensorielle s’adresse à un public très large, autrement dit à toute personne en recherche d’un mieux-être, d’une découverte ou redécouverte de soi. On ne peut pas dire que cela soit destiné à certaines catégories de gens, pour moi, chaque personne venant avec son vécu, ses difficultés… » (1)

Je voudrais ajouter à cette présentation un élément qui me nourrit dans ce type d’accompagnement et qui révèle une des clés de son aboutissement : l’intérêt de se (re)connecter à son être.

Le cheval, partenaire dans la relation et miroir de l’échange

Lors de la séance, le cheval est disponible ou pas et il en va de même pour l’accompagnant ainsi que pour l’accompagné.  Nous sommes là en présence des limites des moyens.

S’il est possible de prétendre solliciter la disponibilité de chacun des trois, il se révèle beaucoup plus intéressant de ne rien vouloir contrôler et de simplement se mettre en situation. On part vers les chevaux, s’ils ne semblent pas disponibles, on s’occupe à deux de la nourriture, on vérifie les abreuvoirs, on se déplace pour contrôler les clôtures, on laisse du temps et de l’espace pour qu’une relation s’établisse, pour qu’un intérêt se crée.

Immanquablement un événement se produit : un cheval se saisit, des mots s’échangent entre l’accompagnant et l’accompagné, un faisant décolle et cela effraye les chevaux qui se mettent en mouvement, que sais-je encore, mais quelque chose se produit.  Soudain, un échange se produit entre les chevaux et les hommes.  A partir de là, chacun se trouve intrigué, intéressé et donc disponible, l’échange et le travail peut commencer.

La qualité du travail de l’accompagnant réside dans son aptitude à s’ancrer dans son être, à être en connexion avec le cheval et l’accompagné et à utiliser tout ce qui peut se passer pour initier le travail.  Avoir l’humilité de ne pas être le déclencheur, et en même temps, d’accepter d’être le catalyseur.

Car une fois que les connections sont établies, que l’interaction a lieu, l’essentiel est de trouver les réponses aux questions avec lesquelles l’accompagné est arrivé. Pour cela, il est important d’aider le cheval et l’accompagné à se comprendre, il y a une traduction, une médiation nécessaire pour que les choses soient claires, que les émotions qui émergent soient entendues, exprimées, acceptées, vécues et non pensées.   

Il suffit dès lors de se mettre en situation, d’entrer dans le monde du cheval ou de l’inviter dans le nôtre. L’important est d’être juste avec soi, d’abandonner l’objectif de la rencontre, de se connecter à soi et là, à chaque fois, le miracle se produit. Les filtres tombent, les liens s’expriment spontanément.

L’essentiel réside dans la rencontre de deux êtres : l’accompagné et le cheval. 

L’accompagnateur est juste facilitateur de cette rencontre.

Il s’agit vraiment d’une cocréation.  Tout ne vient pas du cheval, pas plus que du coach, ni même que de l’accompagné.

Chacun est invité à être et lorsqu’il y parvient, la réponse est là, quelle que soit la question.

Le cheval est par essence. Il vibre de tout, il ressent tout, il est connecté sans devoir se concentrer. Il est une proie. Son alliée la plus fidèle est la peur, c’est elle déjà qui a sauvé ses parents, ses ancêtres. C’est elle qui tient ses sens en éveil. Il est en paix avec sa peur, grâce à sa peur. Elle ne lui coupe pas ses moyens, au contraire, c’est elle qui maintient la tonicité de tous ses sens et de tout son corps, même lorsqu’il se repose.

L’accompagné a besoin de se concentrer et il lui est difficile de se connecter à lui-même. Il est en train de travailler à se déconnecter de tout ce qui occupe ses pensées. C’est un chemin obligatoire pour se retrouver, obligatoire car plus du tout naturel. Naturellement, le prédateur va et vient, prend ou laisse, chasse ou admire. Mais l’accompagné est différent, il a un mental, il est libre, il se joue des règles de base, il a créé ses propres règles. Il n’est donc plus naturellement clair.

Le cheval perçoit exactement où l’autre se situe dans son état de stress. Si l’autre veut interagir avec l’animal, il lui faut être connecté à lui-même. Le cheval n’est accessible que quand l’autre est clair avec lui-même.

L’accompagné et l’accompagnant, s’ils veulent établir une relation avec le cheval, doivent tous deux se rendre transparents, alignés, purs, dénués de toute intention envers l’autre.

Le cheval sait que nous sommes là. Il le sait avant même que nous puissions le voir, avant que nous puissions l’entendre. Nous connaissons cette sensation d’être suivi ou écouté ou observé par quelqu’un que l’on ne voit pas. Cette sensation est intuitive. C’est cette intuition qui guide le cheval. Il est indispensable à sa survie qu’il écoute son intuition, il aiguise donc tous ses moyens de perceptions en permanence alors que nous les faisons taire sans cesse. Nous n’en avons plus besoin car de proies nous sommes devenus prédateurs.

Si nous voulons approcher le cheval, il nous faudra redécouvrir notre intuition, l’expression de notre être. Réapprendre à ressentir ce qui se passe ici et maintenant.

C’est ce voyage que j’invite à faire au milieu des chevaux. Ils nous guident, nous montrent le chemin. Il n’y a pas de mensonge, tout ce qu’ils font dépend de ce que je suis. Si j’observe au fond de moi, je perçois des invitations, des stimuli, des mouvements. C’est l’échange qui s’établi avec le cheval. Sans intention, juste la rencontre. Il vient cette notion de respect immense et absolu qui me bouleverse à chaque fois.

Quand on est amoureux, tout est magnifique, il ou elle termine mes phrases, je pense les mots qu’elle ou il dit, je prends mon téléphone pour l’appeler et l’autre le fait sonner dans ma main. Cet « état » rend tout possible. C’est l’état où nous nous trouvons tout simplement lorsque nous sommes connecté à l’autre par notre être, sans intention, purement, transparent, à cœur ouvert.

Je vous invite à faire ce chemin avec le cheval.

Cela se produit avec n’importe quel animal ou n’importe quelle personne.

Le cheval est massif et donc plus impressionnant que le chat. Si je veux le déplacer, il me faudra le lui demander.

Il est craintif et donc plus sensible que chien. Si je veux obtenir, il me faudra l’apprivoiser

Il fuit lorsqu’il est dans l’inconfort et donc plus démonstratif que la tortue Si je veux m’exprimer, il me faudra le rassurer

Il peut me porter et donc plus solide que la chèvre, si je veux le monter, il me faudra me confier.

J’aime faire ce trajet avec le cheval et je vous y invite.

(1) http://www.equiclaire.be/activites/approche-relationnelle-et-sensorielle.html

Partager cet article

La vallée du Gardon

Lorem ipsum

La chartreuse de Valbonne

Lorem ipsum

La vallée de la Cèze

Lorem ipsum

Les cascades du Sautadet

Lorem ipsum

Les concluses

Lorem ipsum

Le pont du Gard

Lorem ipsum

Informations à venir

 

Possibilité de louer notre maison pour organiser votre séminaire d’entreprise

Informations à venir

Informations à venir